Un peu de tout, de tout un peu mais surtout trois fois rien, juste ce qui peut me passer par la tête

jeudi 27 juillet 2006

Le retour.

Après quelques minutes de marche, il avait décidé de s'asseoir sur le premier rocher qu'il croiserait. Et il se trouvait que ce rocher faisait face au chemin qui menait à la maison de son enfance. Ce devait être un message, un signe. Depuis 20 il n'était pas revenu. Dans son souvenir ce rocher n'existait même pas. Les pavés du chemin non plus d'ailleurs. Quel chemin parcouru depuis. Quelles surprises la vie lui avait réservé jusqu'à cette nuit, deux jours auparavant.

Ce soir là, il s'était couché tôt, dans sa morosité habituelle. Depuis que Danièle l'avait laissé il ne quittait plus cet état d'esprit. Il s'était couché tôt, dans l'espoir de trouver le sommeil, vite, un sommeil vide. Et pour une fois ça avait (presque) réussi ! Il dormait, mais pas d'un sommeil sans rêves. Non. Impossible ! Il savait qu'il ne le pourrait plus, poursuivi comme il l'était par les remords et les regrets. Si seulement ... Si seulement ces idées pouvaient ne serait-ce qu'une minute sortir de sa tête.

Il s'était réveillé en sursaut, perdu avant de se rendre compte que son coeur  aurait préféré un réveil au calme et pas  cette brusquerie. Il lui fallu une minute avant de se rendre compte qu'il s'était réveillé car le téléphone sonnait. A une heure du matin ... De quoi être inquiet ! Danièle ? Les enfants ? Qui ? Qui pouvait bien appeler à cette heure ?

"Allô ? Michel ? C'est moi ... " Cette voix .... 20 ans qu'il ne l'avait pas entendue ... Pourquoi maintenant ? "Viens ... vite ... Maman ..." Un sanglot, elle pleurait ! Elle savait donc pleurer ! "Elle veut te voir ... avant de partir ..." Il ne pouvait pas parler, il ne pouvait pas lui parler. Pas après ce qu'elle lui avait fait ! Mais sa mère, sa mère qui le réclamait ! Après l'avoir chassé comme un voleur, après 20 ans d'abandon, mais sa mère quand même ! Que faire ? "J'arrive". C'est tout, pas besoin d'en dire plus, pas possible d'en dire plus, elle avait raccroché.

Il était donc assis sur un rocher, face au chemin de son enfance. Le temps s'était arrêté pour lui le  jour de son départ. et maintenant il le sentait filer entre ses doigts, car depuis deux jours il avait eu le temps de penser, de revivre ces moments, ces années durant lesquelles il en avait voulu à la terre entière sans même se rendre compte qu'il gâchait sa propre vie. Il était temps de grandir, de pardonner. Trop de temps perdu. Il fallait se lever, suivre l'impulsion de cette première pensée positive. Ce qu'il fit.

Puis il reprit sa route, en essayant de ne pas se laisser submerger par l'émotion. Ne pas leur montrer, les laisser s''approcher. Ce sont eux qui l'avaient obligé à partir. Son regard parcourait le paysage ... cette étendue d'herbe sablonneuse, ces près valonnés, ces minuscules collines qui lui avaient paru des montagnes ! Et au loin cette silhouette, seule, massive ...Quel bonheur de revenir à la maison. Lui qui avait toujours nié en avoir besoin, qui prétextait détester la plage pour ne pas se souvenir. En réalité il voulait se cacher à quel point la maison du bord de mer lui manquait. Il savait maintenant pourquoi il n'aévait plus été le même depuis 20 ans. Il savait que maintenant qu'il était revenu à la maison il n'avait plus aucune raison de déprimer.

Il savait ce qu'il allait faire. il allait remonter tout ce chemin et entrer sans frapper, comme avant et embrasser sa mère, comme avant. Sa mère allait partir, le quitter, ils n'avaient plus le temps pour les regrets. Il allait redevenir son petit garçon, son fils et ne plus la quitter, jusqu'au bout, jusqu'au jour de l'ultime adieu.

Réponse tardive à la consigne 27 de Paroles Plurielles


Avis insensés

    Punaise!
    Ca met les larmes aux yeux ton texte!
    Trop fort, en si peu de lignes.

    Divagué par Fillalavanille, jeudi 27 juillet 2006 à 23:09
  • Argh.....

    Divagué par ZEL, vendredi 28 juillet 2006 à 02:14
  • So => Merci
    Zel => Tu t'etouffes ?

    Divagué par Fleur, vendredi 28 juillet 2006 à 06:36
  • J'ai bien aimé la fin. Le retour à la simplicité et la naïveté de l'enfance. Z'aime beaucoup ^^

    Divagué par leseb, mardi 1 août 2006 à 16:02
  • Merci Seb

    Divagué par Fleur, mercredi 2 août 2006 à 00:11

Emettre un avis plus ou moins sensé